Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole

Mieux relier Clermont et Paris : un enjeu vital pour l'Auvergne !

Tous pour l'entreprise n°436

Ici se trouve un visuel
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez

ici se trouve un visuel  

 

Florent Menegaux,

Président de Michelin

 

© Michelin

ici se trouve un visuel

 

Sébastien Vidal,

Président de Limagrain

 

© J.Chabanne

À la veille de l’élection présidentielle, nous, chefs d’entreprises qui sont nées en Auvergne, réaffirmons le besoin vital de lutter contre l’enclavement de Clermont et de sa région.

En effet, les rares solutions de transport existantes se dégradent de façon préoccupante. Moins de trains et moins d’avions, ce sont moins d’opportunités pour nos entreprises, pour notre région et ses habitants.

Au-delà des problèmes de régularité et de fiabilité, le temps de trajet est un enjeu décisif. Rappelons qu’il faut aujourd’hui 3h30, quand le train est à l’heure, pour se rendre à Clermont depuis Paris en train. C’est plus qu’il y a 10 ans !

Mieux relier l’Auvergne au reste du pays doit être notre priorité commune.

 

Il s’agit d’abord d’un facteur clé de l’attractivité de notre territoire, qui a besoin des talents du monde entier. Cela est particulièrement vrai dans la compétition internationale à laquelle ses entreprises font face. Qui choisirait de s’installer dans une ville et un territoire qui s’isolent ? Et au-delà des talents, c’est tout l’écosystème de partenaires essentiel pour nos entreprises qui repose sur l’accès à notre territoire. Comment justifier auprès d’eux le maintien du siège de multinationales dans une métropole si mal reliée à la capitale économique et politique ?

 

Il en va également de notre capacité à réduire notre empreinte carbone et à tenir nos engagements environnementaux, en offrant à chacun la solution la plus sûre, accessible et durable pour ses déplacements. Dans l’atteinte des objectifs de l’accord de Paris qui nous engage pleinement, l’enjeu du transport collectif, et du rail en particulier, sera décisif.

Il n’y a pas de fatalité. Des solutions existent. Nous sommes convaincus que tous les acteurs sauront faire prévaloir l’intérêt général.

ici se trouve un visuel

   

ici se trouve un visuel

ici se trouve un visuel

 

Patrick Wolff,

Président d’Objectif Capitales

 

© La Montagne

Nous entrons dans une phase vitale de l’action d’Objectif Capitales. Phase essentielle, car 2024 doit marquer une première amélioration de la liaison sur Paris avec la mise en service progressive des nouvelles rames sur des voies remises à niveau. Cet engagement formel pris au plus haut niveau de l’Etat ne peut être retardé après 25 ans d’inaction.

 

Cet engagement doit être tenu quelles que soient les péripéties économiques, sanitaires et politiques de 2022 et 2023.

 

L’enjeu est de donner à un territoire en plein développement, les atouts dont bénéficient parfois depuis très longtemps, des Métropoles européennes de même taille. Il est plus que temps de mettre en harmonie sans retard supplémentaire un modèle exemplaire de développement d’un territoire.

Outre ses acquis historiques bâtis année après année notre Métropole correspond désormais  aux attentes des nouvelles générations en termes d’équilibre de vie, d’attractivité économique scientifique et culturelle.

Nos actions menées depuis la mise en place d’Objectif Capitales en juin 2018 « portent leurs fruits » dans un contexte difficile car il faut bien évidemment prendre en compte la période de pandémie que nous avons subie et ses impacts.

 

Concernant la ligne ferroviaire Clermont-Paris, la 1ère étape a été réalisée :

• mise en construction des rames

• régénération des voies

• livraison des rames pour fin 2024

• temps de trajet ramené à 3h15 en 2025.

 

Nous l’avons fait avec les forces économiques (CPME, MEDEF, …)  et politiques du département en particulier, de l’Auvergne en général et avec le soutien de la Région.

L’étape 2 que nous avons enclenchée a pour but de passer d’un temps de trajet de 3h15 à 2h30.

« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage »... jusqu’à l’arrivée des nouvelles machines pour fin 2024.

ici se trouve un visuel

 

Claude Barbin, 

Président CCI Puy-de-Dôme Clermont Auvergne Métropole

 

© S.Bullo