La Voix des entreprises
  Newsletter
  Magazine
  industrie.com
  services.com
 Retour Accueil

 

Economie
La Voix des Entreprises - 18 octobre 2012
Economie de fonctionnalité : un business modèle gagnant/gagnant !

Le 27 novembre prochain, CCI Puy-de-Dôme invite les entreprises à une table-ronde sur l’économie de fonctionnalité. Thierry Lagarde, vice-président de la commission Industrie, initiateur de cette rencontre, livre quelques explications sur ce modèle économique qui commence à faire bien des émules. Et pourquoi pas vous ?

Quand on parle d’économie de fonctionnalité, de quoi s’agit-il précisément ?
Il s’agit de substituer l’usage d’un bien à sa possession avec l’idée sous-jacente que la valeur d’un produit réside dans les bénéfices apportés et non dans sa possession. Une illustration de ce principe est l’exemple, désormais célèbre, de Rank Xerox qui facture des photocopies plutôt que des photocopieurs.
Etroitement lié à la notion de développement durable, le principe de l’économie de fonctionnalité, qui se focalise sur l’optimisation de l’usage d’un bien, favorise la convergence entre croissance et impact environnemental. Fournisseur et client ont un objectif commun : créer une valeur d’usage la plus élevée possible, le plus longtemps possible, tout en consommant le moins possible de ressources naturelles et d’énergie. Ainsi l’entreprise facturant un usage va chercher à augmenter la durée de vie du bien, sa fiabilité, sa robustesse afin de gagner en coût d’exploitation. Elle cible les réels besoins du consommateur. Exemple : combien de programmes de lavage sont réellement utilisés sur une machine à laver ?
De plus, la notion d’usage conduit à un élargissement du cœur de métier de l’entreprise qui doit proposer à son client une offre intégrée. Ainsi Michelin a développé une offre pour les flottes de camion. A la notion de propriété : « avoir des pneus », Michelin substitue la notion d’usage : « faire des kilomètres », qui englobe le pneu lui-même mais également son gonflage, son entretien, sa rénovation. Ceci a pour effet de prolonger sa durée de vie de plus de deux fois et donc d’économiser des ressources naturelles. En élargissant son périmètre, Michelin offre un service de proximité difficilement remplaçable.

Quel intérêt pour une entreprise d’appliquer cette stratégie ?
Qui dit valeur d’usage, dit qualité. Pour les PME françaises c’est un atout considérable par rapport à la concurrence des pays à bas coûts de production.
Par ailleurs, cette mutation représente de formidables opportunités, car le « corollaire » de l’usage, c’est qu’il est local ! La mise à disposition d’un bien d’équipement, son entretien ou son alimentation en matière première ne peuvent se gérer que localement. Le réseau des PME réparties sur tout le territoire peut devenir un avantage concurrentiel indéniable et placer une filière en position de donneurs d’ordre voire de prescripteur vis-à-vis des grands fabricants mondiaux de biens d’équipement.

Cela étant, on ne passe pas d’une économie de production à une économie de fonctionnalité d’un seul coup. Il faut une véritable réflexion stratégique et avancer pas à pas dans la démarche. La première chose à faire est d’abord de se poser la question : est-ce que mon entreprise entre dans le champ d’application de l’économie de fonctionnalité ? Tous les biens n’ont pas une valeur d’usage, certains n’ont de valeur que par leur possession !

• Enfin, pourquoi la CCI s’implique-t-elle dans la promotion de cette stratégie ?
Par sa connaissance à la fois des territoires et du tissu des PME, la CCI a un rôle tout tracé à jouer dans la construction de solutions collaboratives, dans l’identification des secteurs qui seront les premiers concernés, dans l’appui aux PME qui souhaitent mener une réflexion stratégique face à ces mutations. La nature des solutions de demain est locale et collaborative, ce sont deux notions fondamentales dans les missions de la CCI.
Il ne faut pas perdre de temps. Des pays, comme l’Allemagne sont très pointus ; leurs entreprises ont adopté cette démarche depuis plusieurs années. Prenons garde à ne pas nous laisser distancer !

Contact :

Bénédicte Tarnaud-Friot
04 73 51 66 54
benedicte.tarnaud-friot@puy-de-dome.cci.fr

 

Passer des produits aux services…

Mardi 27 novembre – de 17 h à 19 h
ESC Clermont
4 boulevard Trudaine à Clermont

> Accueil par Thierry Lagarde, vice-président de la commission Industrie à CCI Puy-de-Dôme
> « Présentation du modèle, bénéfices pour l’entreprise, exemples de mise en œuvre » par Philippe Jury du CIRIDD (Centre International de Ressources et d’Innovation pour le Développement Durable)
> « Historique et évolutions successives, difficultés rencontrées, retour d’expérience, perspectives » par Philippe Miret, directeur général de Michelin Global Solutions
> Programme détaillé et inscription

Contact :
 Bénédicte Tarnaud-Friot
04 73 51 66 54
benedicte.tarnaud-friot@puy-de-dome.cci.fr

 


Imprimer la pageRetour haut de page
Envoyer à un(e) ami(e)

Retour sommaireRetour page précédente

 

Thierry Lagarde : « L’économie de fonctionnalité, une source d’opportunités pour l’entreprise et le territoire »


LiensContacts de la CCI de Clermont-Fd/Issoire
Copyright CCI Puy-de-Dôme
148, Bd Lavoisier 63037 Clermont-Ferrand cedex 1
Tél. 04 73 43 43 43 - Fax. 04 73 43 43 42
Contact : communication@puy-de-dome.cci.fr / Développement : Periscope